Conférence sur la multiplication des rosiers par Norbert Legros, résumé perso

Jusqu’au XVIIème siècle, il y avait au monde entre 7 à 17 rosiers différents seulement
Rosa Alba
Rosa Gallica
Rosa Provin (rosier officinal utilisé par les apothicaires)
Rosa Damascena (remontante)
Rosa Moschata (très parfumée tardive)

Sous l’Empire, Joséphine a donné l’intention et l’impulsion de la culture des roses
Elle a travaillé avec André Dupont, postier et collectionneur de roses
A la Malmaison il y eut ainsi environ 250 rosiers différents
Il y eut des inventaires de fait mais pas sur les rosiers donc nous n’en savons pas plus

– 1814 mort de Joséphine
– 1820 l’on répertoire alors 1700 rosiers différents dans le monde, se sont principalement des rosiers remontant sous forme d’hybridation entre la rose Gallica et les roses chinoises. Les roses de Thé remontantes.
– 1906 environ 11000 roses dont 10000 sont françaises (182 obtenteurs dans le monde dont 132 français)
– Aujourd’hui on peut considérer que nous avons entre 45 à 55000 roses différentes (avec ou sans certificat d’obtention végétal)

** BOUTURAGE **
AVRIL
– tiges herbacées faire bouture à la chaleur mais en gardant le pied humide
MAI à DECEMBRE
– sur tige de l’année de préférence avec Talon, en bouturage classique
Peut se faire en plein soleil en pleine terre

On peut aussi faire du bouturage de racines en laissant affleurer des racines en terre.

** GREFFE **
Porte greffe : églantier ou
ROSA CANINA (PH5 à 9) supporte la sécheresse et vivent assez longtemps
ROSA MULTIFLORA (sans épines pour culture en pots)

– Greffon : prendre un oeil au milieu car l’oeil sous une fleur sera florifère mais pas vigoureux et l’oeil en bas sera vigoureux mais peu florifère.

On peut mettre deux yeux par porte greffe pour une meilleure chance de réussite.

Au bout de 3 semaines on sait si cela a pris, donc soit c’est bon soit c’est raté, alors il faut couper le rafia car risque de trop serrer.

Si greffe en septembre (à oeil dormant) , en janvier on peut rabattre le porte greffe.
Pour déjà préformer le buisson on peut pincer lorsqu’on arrive à 4 feuilles

** HYBRIDATION **
La mère donne la tige et le feuillage
Le père donne la beauté de la rose
La couleur est donnée par les deux

ROSE MERE : enlever pétales et étamines mettre un petit sac en papier dessus
ROSE PERE : récupérer le pollen sur les étamines

Le lendemain enlever le sac plastique, le pistil est doit être un peu collant, saupoudrer alors avec le pollen des étamines du père

Mettre une étiquette, il n’est pas nécessaire de remettre le sac car la plante a tendance à privilégier la fécondation par un pollen externe.

L’hybridation se fait par temps sec avant le 15 juillet pour donner le temps au fruit de se développer et nous donner les graines

Ensuite récupérer les cynorhodons (en octobre souvent) mettre les graines au frigos 1 à 2 mois puis semer en janvier au froid dans une terre légère sableuse, levée en général début février.

 

Voilà pour le résumé de la conférence de Norbert Legros du 13 mars 2019 à Avranches.

Site : Fleurs et Jardins du Coutançais

Gaura (Fleur d’Isabelle Moulin)

Fiche technique

Type de plante : vivace
Dimensions : de 80 cm à 1,20 m
Semis : en terrine ou sous châssis entre mars et juin
Plantation : en godet, au printemps
Floraison : juin à octobre
Exposition : soleil
Sol : bien drainé
Arrosage : en période de sécheresse
Rusticité : – 20 °C

Conditions de culture

Cette plante se satisfait d’une terre ordinaire, même pauvre et sèche, à condition que l’eau s’en écoule très vite. Cette exigence respectée, elle résiste plutôt bien au froid (jusqu’à – 20 °C) et à la sécheresse. De croissance rapide, ses touffes légères s’élèvent jusqu’à 1 m. Elle a une durée de vie relativement brève, mais se ressème spontanément.

Entretien et autres soins

En saison, couper régulièrement les tiges défleuries. Laisser quelques unes monter à graines. En fin d’automne, rabattre les touffes à 10 cm du sol. La souche des gauras à fleurs roses doit être protégée en régions froides. Les gauras à fleurs blanches sont plus rustiques.

Strobilanthes dyerianus

Nom commun : Strobilante
Cycle :  Annuel

Température : 4°C –  33°C
Hauteur maximum : 145 cm
Largeur maximum : 110 cm

Strobilante (Strobilanthes dyerianus) – Floraison

Fleurit en été, mais les fleurs ne sont pas aussi voyantes que le feuillage. Les fleurs sont en forme d’entonnoirs, bilabiales et portent des capuchons.

Description

Prisé davantage pour son feuillage exotique que pour ses fleurs, cette surprenante plante a une belle forme évasée qui remplit parfaitement les pots. Se pare à l’automne de courtes pointes de fleurs bleu pâle de 3 cm en forme d’entonnoir. Apprécie les sols humides. Hauteur de 60 cm. Plante annuelle.

Croissance

Plantes vivaces feuillues ou conifères, ou arbustes à tige tendre. Nécessite une ombre partielle. Peut atteindre une taille d’1,20 m et 90 cm de largeur. Plantes résistantes qui conviennent bien à une bordure herbacée. Les espèces tendres conviennent bien dans des couvertures d’été, ou cultivées en serre chaude.

Multiplication

Reproduisez par les graines au printemps à 13-18°C. Peut également se propager à partir de boutures de bois tendre ou basales au printemps.

Maladie

Parfois sujet aux cochenilles et au pourridié des racines.
Les Strobilanthes sont originaires des régions boisées d’Asie et de Madagascar. Il en existe 250 espèces.

Nécessite un arrosage régulier et un sol riche avec une quantité abondante de matière organique. Arrosez généreusement pendant la saison de végétation, modérément en hiver. Prospère en sol riche, léger et bien drainé.

Article du net : Jardin et maison

Viburnum plicatum

 

Exposition

La viorne de Chine apprécie le plein soleil tamisé par de grands arbres surtout dans les régions du Sud, ailleurs elle préfère le plein soleil. Un endroit protégé des vents dominants est requis pour cette plante.

Sol

Offrez à la viorne de Chine un sol neutre à acide. Évitez les sols trop calcaires qu’elle tolère très mal. Faites un apport de terre de bruyère et de compost bien décomposé à la plantation pour lui assurer un bon départ.

Arrosage

Arrosez régulièrement après la plantation et d’avril à l’automne pour obtenir une belle floraison. Paillez le sol avec des écorces de pin ou des aiguilles de pin durant la saison chaude pour maintenir la terre humide. En hiver, et une fois la plante bien installée, laissez faire la nature.

Amendement

Griffez un peu de poudre de corne broyée et de sang séché au pied de la viorne de Chine en mars puis en août.

Taille

Inutile de tailler cette plante qui prend un joli port étalé au fil des années. Seule la suppression du bois mort sera nécessaire en hiver.

Rusticité

La viorne de Chine est très rustique puisqu’elle résiste bien jusqu’à -15°C voire -20°Cen sol bien drainé.

Multiplication de la viorne de Chine

Le semis s’effectue en automne sous châssis froid dès la maturité des graines en automne. Le rempotage des plantules intervient au printemps et leur mise en place définitive au jardin sera effectuée l’année suivante.

Le bouturage donne des résultats plus fiables et plus rapides ; il se pratique en été à température ambiante à partir de boutures herbacées à talon.

Viburnum plicatum : en pratique

  • Exposition : soleil, mi-ombre.
  • Sol : drainé, frais, acide, fertile.
  • Type de végétation : vivace.
  • Rusticité : – 20°C.
  • Maladies et parasites armillaire en sol mal drainé, pucerons noirs.

Variétés de Viburnum plicatum

  • Viburnum plicatum : floraison blanche d’avril à mai. Jusqu’à 4 m de hauteur pour 6 d’étalement.
  • Viburnum plicatum ‘Pink Beauty’ : sujet compact, culture envisageable en pot. Floraison rosée en mai/juin. Deux mètres en tous sens.
  • Viburnum plicatum ‘Mariesii’ : une des variétés les plus communes. Port étalé, feuillage étagé, floraison très dense de mai à juillet. 2 m de hauteur pour 4 m d’étalement. Port légèrement conique.
  • Viburnum plicatum ‘Mary Milton’ : explosion de gros pompons roses en début de printemps. Feuillage automnal remarquable. 3 m en tous sens.
  • Viburnum plicatum ‘Summer Snowflake’ : très florifère et remontant. Fleurs blanches de mai à fin juillet. 2 m de hauteur pour 3 m d’étalement.

Hydrangea Villosa

Botanique

Nom botanique : Hydrangea Villosa
Famille : Hydrangeaeceae
Synonyme : Hydrangea Aspera Villosa
Genre : Hydrangea
Espèce : Hydrangea Villosa

Le Genre Hydrangea : Environ 30 ou 80(?) espèces (Amérique du nord et du sud, Asie). Arbrisseaux ou rarement arbres, arbustes ou plantes grimpantes, à feuilles caduques ou persistantes, à écorces s’exfoliant et à moelle blanche ; bourgeons à 2-3 paires d’écailles. Feuilles opposées entières ou serretées, rarement lobées. Inflorescences terminales ou parfois axillaires, en corymbe ou panicule. Fleurs blanches, rose, lavande ou bleues. Fleurs fertiles, nombreuses, petites, hermaphrodites, à calice en tube soudé à l’ovaire, sépales et pétales 4 ou 5, étamines 8 ou 10 (rarement jusqu’à 20), ovaire infère ou semi-infère. Fleurs stériles parfois présentes, bien visibles avec 3-5 sépales pétaloïdes et généralement dépourvues des autres organes, peu nombreuses et disposées à la périphérie de l’inflorescence ou, chez quelques cultivars, nombreuses et constituant presque toute l’inflorescence. Fruit en capsule déhiscente à l’apex ; graines nombreuses, petites, ailées.

Particularité de l’espèce Hydrangea villosa : Arbuste à port étalé ou érigé. Rameaux et inflorescences pubescents à poils courts, dressés et dispersés. Feuilles en coin à la base, lancéolées, 9-24 cm de long, serrulées, densément couvertes de poils mous et blanchâtres à la face inférieure. Inflorescence plate, très ramifiée, 15 cm de diamètre. Fleurs fertiles lilas, à ovaire infère, insensibles au pH et à la concentration du sol en aluminium. Fleurs stériles lilas-blanc ou lilas-rose.


Culture

Genre Hydrangea

Protection

contre les vents froids et secs.

Plantation

Les Hydrangea sont des plantes de sol acide ou neutre, il chlorose lorsque le pH du sol, au-delà de 8, leur rend le fer et l’aluminium inassimilable. Le pH idéal est de 5 mais si on acidifie un sol trop basique, encore faut-il lui apporter un complément de fer et d’aluminium pendant la période de repos. La couleur des fleurs dépend exactement de l’acidité du sol, allant du bleu (pH 5) à rose clair (pH 7,5)

Taille

(Septembre-Octobre) Après la floraison, tailler pour maintenir la plante dans son espace. Faire une taille de rénovation, si besoin est.

Humidité

Craint la sécheresse.

Entretien

Tuteurer les premières années.

Engrais

Très rustique, peut-être planter à l’est, ne craint pas les gelées tardives.

Maladies & Ravageurs

Oïdium. Traiter dès son apparition avec une bouillie sulficalcique, soufre micronisé, soufre mouillable . Aschoschyta hydrangae, sorte d’anthracnose, les racines portent des taches grisâtres, parsemées de points noirs. Feuilles marquées de taches brunes, allongées, huileuses. Traiter avec une bouillie bordelaise faible (0,5 à 1%) ou acétate neutre de cuivre à 0,5 kg de cuivre métal, etc. Anguillules. Provoquent sur le feuillage, une croissance anormale et même l’avortement des fleurs. Désinfection avant la plantation des composts ou du terrain, à la vapeur ou à l’heptachlore. Acariens. Encore plus fréquents, surtout en terres sèches et trop chauffées, leur rapidité de multiplication exige des traitements dès leur apparition ; ils affaiblissent considérablement les plantes atteintes. Sur le bois nu, contre les œufs, utiliser les huiles jaunes à 2%. Cochenilles floconeuses. Fréquentes sur tous les Hydrangea, affaiblissent les plantes. Utiliser les huiles jaunes en hiver à 2-3 %, huiles blanches en été.

Raphiolepis

Décoratif tout au long de l’année, le rhaphiolepis séduit autant par sa silhouette arrondie que par son feuillage vernissé et sa généreuse floraison printanière. Un petit arbuste original parfait pour les rocailles, les massifs ou la culture en bac dans les régions les plus froides.

Apténia Cordifolia

Aptenia cordifolia est une plante succulente vivace originaire des régions arides de l’Est de l’Afrique du Sud. Le genre Aptenia ne compte que 4 espèces de plantes au port prostré et aux tiges très ramifiées portant des feuilles charnues vert pâle à vert franc irisée au soleil.

Les tiges cylindriques d’Aptenia cordifolia peuvent atteindre 60 cm de longueur mais la plante s’étale grâce à ses racines qui se marcottent d’elles-mêmes dans le sol, la rendant parfois quelque peu envahissante. Des fleurs en forme de petites marguerites rouges, roses ou rouge pourpré à cœur jaune apparaissent en été et en automne, parfois même dès le printemps. Elles ornent élégamment le feuillage en forme de cœur allongé d’où la plante tire son nom vernaculaire de « ficoïde à feuille en cœur ». Ces feuilles, comestibles, peuvent être ajoutées à vos salades, auxquelles elles apportent leur petite note acidulée toujours bienvenue.

Utilisation au jardin

Très discrète, cette plante sans entretien est facile de culture et donc idéale pour les débutants. Tolérante à la sécheresse, rarement attaquée par les parasites, elle orne à merveille les rocailles, recouvrant les enrochements et comblant les interstices entre les pierres dans les murets.

Peu rustique (-3°C)Aptenia cordifolia ne pourra être cultivée en pleine terre que dans les régions les plus douces. Dans les régions où le gel sévit plus qu’épisodiquement, elle sera conservée en pot ou mieux encore, en suspension de laquelle elle retombera en cascade. Vous pourrez ainsi l’hiverner à l’abri du gel dès les premiers froids. Une serre, une véranda, un jardin d’hiver ou même un appartement très lumineux lui conviendront parfaitement. En été, elle trouvera sa place au jardin où elle pourra profiter du soleil dont elle a besoin pour fleurir.

Arrosage

En pleine terre, l’apténie à feuilles cordées tolère parfaitement la sécheresse. Cependant si vous désirez qu’elle s’étende plus vite, arrosez-la une fois par semaine en été.

En pot, arrosez une fois tous les 10 jours en période de croissance. Stoppez tous les arrosages en hiver. Ne laissez jamais d’eau stagner dans la coupelle.

Sol / substrat

En pleine terre, le sol doit être très drainé. Un sol sablonneux, pierreux, pauvre lui convient très bien. Ne la plantez pas en sol humide, elle ne le supporterait pas.
En pot, composez un mélange fait pour moitié de terre de jardin et de sable de rivière. Vous pouvez aussi la planter dans un terreau pour cactées du commerce.

Taille

Aptenia cordifolia a tendance à devenir envahissante si elle se plaît chez vous. Coupez les tiges qui s’étalent trop, de préférence en été. Supprimez les fleurs fanées avant que les capsules de graines ne se forment si vous désirez éviter un semis spontané.

Rusticité

L’apténie cordiforme est peu rustique (-3°C). Elle tolère de très courtes et faibles gelées en sol très bien drainé.

Pontederia Cordata (Pontédérie à feuille en coeur)

 

La pontédérie à feuilles en cœur (Pontederia cordata) est une plante herbacée aquatique ou semi-aquatique de la famille des Pontederiaceae.

Étendue de Pontederia cordata dans le parc national de Plaisance, au Canada

Très commune aux États-Unis dont elle est originaire, elle y est considérée comme invasive dans certains États dont elle couvre de grandes étendues.

Cette Pontederia mesure de 80 cm à 1 m. Ses feuilles de forme variable sont généralement lancéolées, elles mesurent jusqu’à 12 cm de large et 25 cm de long. Les fleurs forment des épis bleu-violet, parfois blancs.

Cette espèce, très résistante aux gelées, est vendue en France dans les jardineries, pour la décoration des bassins où elle prospère vigoureusement.

Source Wikipedia

SEDUM reflexum ‘Yellow Cushion’

SEDUM reflexum ‘Yellow Cushion’

Informations botaniques

Nom botanique : SEDUM reflexum ‘Yellow Cushion’
Nom(s) vernaculaire(s) : Sédum, Orpin
Famille : CRASSULACEAE

Couleur fleur : Jaune
Couleur feuillage : Doré
Hauteur : 15 cm
Feuillaison : Janvier – Décembre
Floraison(s) : Juin – Août
Type de feuillage : persistant
Exposition : soleil
Type de sol : sec.
Silhouette : Tapissante couvre-sol
Densité : 9 au m²
Description de SEDUM reflexum ‘Yellow Cushion’

Vivace à feuilles charnues. Difficile d’imaginer des plantes plus accommodantes, particulièrement en sols secs et rocailleux. Malgré leur popularité, beaucoup restent encore à découvrir dans les utilisations les plus variées.

Ce petit Sedum au feuillage doré, persistant, prend des teintes orangées en hiver. Il offre une abondance de petites fleurs jaunes durant tout l’été.

Entretien de SEDUM reflexum ‘Yellow Cushion’

Sans entretien particulier en terre drainée et pas trop riche.

Menthe Coq : Tanacetum balsamita

La menthe coq est une robuste plante aromatique vivace à feuilles simples, ovales, à bords crénelés, avec une forte odeur rappelant celle d’un fameux chewing-gum à la chlorophylle. Fleurs groupées en petits capitules jaunes.

La menthe coq est un élément indispensable à la préparation d’une célèbre liqueur : la Chartreuse.

Origine :

Asie occidentale, Caucase, Europe.

Famille :

Lamiaceae.

Caractéristiques culturales pour la menthe coq :

 Terrain : pH : indifférent – Sol : Frais.

 Exposition : Soleil ou mi-ombre.

 Rusticité / Climat : Zone : 6 (-22 C  – 17 C).

 Feuillage : Caduc.

 Taille : 0,50 m x 0,60 m

 Comestible : Oui.

 Floraison ornementale : Non.

Cultiver la menthe coq :

De culture très facile, la menthe coq convient parfaitement au jardinier débutant. Néanmoins, pour obtenir de belles plantes, il convient de respecter certaines règles :

La plantation :

La menthe coq apprécie les sols siliceux, riches, aérés et bien travaillés, mais c’est une plante robuste qui peut s’adapter à de nombreux terrains exceptés les terres vraiment très argileuses et les sols très secs. L’exposition idéale pour la menthe coq est la mi-ombre, mais elle pousse sans problème en plein soleil si elle est suffisamment arrosée.

C’est une plante très résistante au froid, qu’on rencontre à l’état sauvage en montagne à des altitudes supérieures à 1000 mètres.

En sols un peu pauvres, il est préférable d’apporter à la plantation un amendement organique ; un peu de fumier, des engrais naturels (guano, corne torréfiée, sang desséché) ou du compost, cet apport sera ensuite à renouveler si la menthe donne des signes de faiblesse (pousse plus lente, feuilles d’un vert plus clair ou touffes moins denses…).

L’arrosage de la menthe coq :

Il reste indispensable au bon développement de la menthe coq, surtout si elles sont plantées en plein soleil. Il faut arroser régulièrement, de préférence le soir, un arrosage goutte à goutte convient parfaitement.

Le développement important de cette plante peut devenir un problème, mais elle est moins envahissante que les autres menthes.

Tailler la menthe coq :

Il faut tailler la menthe coq plusieurs fois en cours de culture, pour favoriser la croissance de nouvelles pousses, ainsi qu’une fois en fin de végétation, au mois de novembre..

La menthe coq en pot :

Un petit pot de menthe sur le rebord d’une fenêtre ou sur le balcon, c’est facile et bien pratique, alors suivez ces quelques conseils pour réussir parfaitement votre culture.

Choisissez un terreau assez riche, au besoin ajoutez un peu de compost, ou du fumier bien décomposé. Veillez à effectuer des rempotages réguliers, en moyenne tout le six mois dans des pots légèrement plus grand que le précédent. Cela permet d’apporter un peu de nouveau terreau qui va alimenter la plante.

Des conseils pour la culture en pots des plantes aromatiques

La menthe coq en cuisine :

Elle est utilisée en infusion, mais sachez qu’elle accompagne aussi les salades, les confiseries, les glaces et différentes sucreries.

Beaucoup de boissons sont préparées avec de la menthe coq, des jus de fruits, mais aussi des liqueurs (notamment la Chartreuse), des apéritifs, elle entre dans la composition de nombreux cocktails.

Vertus médicinales :

La menthe coq possède des propriétés vulnéraire, digestives, antispasmodique, diurétique, vermifuge…

Les feuilles sont utilisées pour soigner les piqûres d’insectes, les petites plaies ou les brûlures légères.