Prunus Serrula « Jaro »

Famille : Rosacées
Origine : Tibet – Sélection de Philippe Leclercq
Intérêt : Ecorce cuivre-caramel
Sol : tout type de sol
Exposition : Toutes expositions
Taille : 8m x 4m

Photo pépinières Hennebelle


Description
Arbre superbe ; une écorce d’un joli acajou beaucoup plus clair que chez le prunus serrula type (ci-dessus). Merci à Philippe Leclercq qui a su détecter cette jolie variante chez un de ses clients. ‘Jaro’ étant le diminutif du nom de ce client.

Acheté en Juin 2018 à la pépinière Hennebelle 50€
A Champeaux

Acheté en Juin 2018 à la pépinière Hennebelle 50€

Abies Koreana « Ice Breaker »

 

Abies Koreana Ice Breaker Champeaux

Récemment mis sur le marché (2009), l’Abies koreana « icebreaker » est un curieux sapin nain qui forme une charmante boule compacte et quelque peu étalée (30cm de haut et 40cm de large après10 ans de culture). Il devient un plus pyramidal en prenant de l’âge. Ses courtes aiguilles (1,5cm de long) épaisses, rigides et recourbées sont comme enroulées tout autour des branches ce qui lui donne son étrange aspect si caractéristique. Son feuillage est d’un magnifique bleu fortement argenté (surtout au revers). Rustique, il préfère les sols fertiles, frais et légèrement acides en exposition ensoleillée ou mi-ombragée. Très décoratif par son incroyable allure spiralée voire tortueuse, il s’utilise en massif, isolé, rocaille et s’adapte remarquablement bien à la culture en pot.

Information complémentaire : C’est la version naine du fameux abies koreana « silberlocke ».

Exposition : soleil, mi-ombre.

Rusticité : jusqu’à -20°C.

Hauteur adulte : 25cm/60 centimètres.

Port : en boule compacte.

Feuillage : persistant.

Sol : fertile, frais et légèrement acide.

Utilisation : massif, isolé, rocaille, pot.

Fructification : cônes érigés.

Acheté aux pépinières Hennebelle en Juin 2018 (25€)

Bouturages dates par plantes (source Rustica)

Plantes Février
Mars
Avril
Mai
Juin Juillet Août Septembre Octobre
Novembre
Abélia X
Abutilon X
Althéa X
Anthémis X
Arbre à perruque X
Arbre aux papillons
(Buddléia)
X
Aucuba X
Bignone
(*)
X
Bougainvillée 
(Bougainvillier)
X
Bruyère X
Buis X
Cactus de Noël
(Schlumbergera)
X
Caryoptéris X
Chrysanthème X
Clématite 
( ** )
X
Cognassier du Japon X
Corête du Japon X
Cotonéaster X
Cytise X
Deutzia X
Février
Mars
   Avril
Mai
Juin Juillet Août Septembre Octobre
Novembre

( * ) Bignone : il est plus habituel de marcotter la bignone. Ce marcottage est effectué en automne. Procéder comme pour le marcottage de la glycine

( ** ) Un exemple en vidéo d’une bouture à l’étoufée : Bouturer un fuchsia

Plantes Février
Mars
Avril
Mai
Juin Juillet Août Septembre Octobre
Novembre
Escallonia X
Forsythia X
Fuchsia X
Fusain X
Hortensia X
If
( * )
X
Jasmin d’hiver X
Jasmin étoilé X
Lantana X
Laurier-cerise X
Laurier-rose  X
Laurier-tin X
Lavande X
Lierre X
Lilas
(Syringa)
X
Lilas des Indes
(Lagerstroemia)
X
Février
Mars
   Avril
Mai
Juin Juillet Août Septembre Octobre
Novembre


( * ) La méthode de bouturage utilisé pour l’if (Taxus Baccata) est similaire à celle utiliser pour bouturer le thuya

Plantes Février
Mars
Avril
Mai
Juin Juillet Août Septembre Octobre
Novembre
Mahonia
Millepertuis X
Oeillet
( * )
Oranger
du Mexique
X
Passiflore
( ** )
X
Pélargonium X
Pérovskia X
Potentille X
Pyracantha
(Buisson-ardent)
X
Rosier X
Santoline X
Saule X
Seringat
(Jasmin des poètes)
X
Sureau X
Tamaris Bouturer
les rameaux
Weigélia X
Février
Mars
   Avril
Mai
Juin Juillet Août Septembre Octobre
Novembre


( * ) On multiplie le plus souvent les oeillets par marcottage.
( ** ) Bouturer la passiflore dans l’eau comme pour le coléus

https://www.rustica.fr/articles-jardin/calendrier-boutures-fleurs-arbustes-ornements,5601.html

Bibacier, néflier du japon, Eriobotrya japonica

L’arbre

Néflier du jardin obtenu à partir d’un noyau de nèfle acheté à la biocoop d’Avranches

Hauteur : 4 à 7 m
Croissance : assez lente
Silhouette : étalée plus large que haute, avec un tronc court et tortueux
Feuillage : grandes feuilles de 20 à 30cm de long, persistantes, ovales, épaisses et coriaces, vert foncé brillant dessus, duveteuses et gris roussâtre dessous
Fleurs : petites fleurs jaunes groupées recouvertes d’une pilosité de couleur rouille. Parfumées, elles s’ouvrent de novembre à février, ce qui empêche souvent la fructification au nord de la Loire
Fruits : les « bibaces », fruits ovoïdes de 3 à 4 cm, duveteuses, jaune orangé, sont mûres en mai – juin. Elles sont comestibles et délicieuses
Écorce : écorce brune et orangée, se détachant en plaques

Ses exigences culturales

Rusticité : assez peu rustique surtout quand il est jeune, il supporte -15°c ensuite. Il préfère néanmoins les climats assez chauds où il s’épanouit nettement mieux (à éviter dans l’est de la France et en altitude)
Exposition : plein soleil ou ombre légère, bien protégé du froid au nord de la Loire
Sol : il n’aime pas les sols lourds et compacts
Humidité : il supporte le sec mais il faut éviter les sols humides où il est sensible aux pourritures racinaires
Sensibilité : résiste bien au vent, ses feuilles sont souvent un peu tachées par des champignons peu dangereux de type tavelure, inadapté aux embruns, accepte bien les pollutions urbaines classiques

Sa culture

Plantation : plutôt au printemps.
Persistant et assez sensible au froid, il vaut donc mieux le planter en mars-avril, en motte ou en conteneur. L’acheter déjà formé en tige si on veut le conduire ainsi. Préparer une vaste fosse de plantation bien plus large que les racines, surtout ne pas enterrer la base du tronc, tuteurer à mi-hauteur de celui-ci en évitant tout risque ultérieur de blessure. Arroser dès le printemps.
Taille et/ou élagage : juste une petite toilette
En fin d’hiver, avant le débourrement, enlever si nécessaire les rameaux desséchés par le gel. Après récolte, il est possible d’éclaircir la ramure en supprimant quelques branches. Il est assez facile de maintenir le volume de l’arbuste en coupant les branches trop longues au niveau d’une belle ramification. Eviter les grosses coupes qui provoquent la pourriture du bois.

Opuntia Elata

Opuntia elata, le long du mur Est !

Origine : Argentine; Paraguay; Bresil; Bolivie; Uruguay jusqu’à 500 mètres d’altitude.
Description : Opuntia elata est un cactus aux feuilles étroites et longues bien adapté au climat méditerranéen. Il forme un buisson peu dense de deux mètres de hauteur.
Raquette : verte, assez longue par rapport à sa largeur; épaisse et rigide, érigée. Cette raquette est pratiquement sans épines longues (trois ou quatre par raquette). Elles sont solidement attachées entre elles.
Pied : épais mais peu rigide (quand la plante a été obtenue par semis et non par bouturage d’une raquette); il porte quelques épines longues qui , jeunes, sont orange à la base.
Fleur : orange avec quelques reflets plus foncés sur quelques pétales. Sa base , peu couverte de glochides (petites aiguilles) est assez longue et cylindrique. C’est elle qui formera plus tard le fruit (figue)
Croissance : rapide comme beaucoup d’Opuntia. Chaque raquette donne naissance à 2 nouvelles raquette (en moyenne) par an.
Racines : Peu nombreuses, mais assez longues et épaisses (ayant l’aspect de corde); Opuntia elata peut être cultivé en pot mais ne se développera correctement qu’en pleine terre.
Exposition : Plein soleil
Résistance au froid : -15°C sans protection, sur de courtes périodes sur un sol sec.
Résistance à la chaleur : Excellente
Arrosage: modéré pour les plantes en pot, en été; inutile pour Opuntia elata en pleine terre.
Méthode de reproduction : Semis ou bouturage d’une raquette
Parasite(s) possible(s): non observé
Substrat : 3/4 terreau + 1/4 terre végétale + engrais organique. Terre sans argile pour Opuntia elata dans les jardins en rocaille.

Source 

Le thé pour mesurer l’activité biologique d’un sol

1. Prenez un sachet de thé vert Lipton (EAN 87 10908 90359 5 ou EAN 87 22700 05552 5)
2. Prenez un sachet de thé Rooibos Lipton (EAN 87 22700 18843 8)
3. (optionnel) Peser le sachet de thé. Utiliser pour cela une balance de précision à deux chiffres (précision 0.01 g), i possible trois (précision 0.001g)
Conseil:
a) Ce type de balance de précision peut se trouver facilement dans les pharmacies, chez les bijoutiers ou dans des magasins online.
b) Marquez clairement le nom/numéro du sachet de thé avec un marqueur noir indélébile sur le côté blanc de l’étiquette. Ecrire gros et lisiblement pour pouvoir aisément identifier le sachet à la fin de la période d’incubation dans le sol.
4. Trouver un site approprié (hors de votre jardin)
Conseil: a) Cette méthode permet de tester l’effet de différentes variables environnementales. Vous pouvez donc monter une expérience par vous-même. Par exemple, enterrez un set de sachet de thé dans un sol très humide et un autre dans un sol très sec. Ou comparez les sols de foret, prairie et champ. b) Nous vous recommandons d’enterrer entre trois sachets à chaque site afin de pouvoir obtenir des résultats plus précis et évaluables statistiquement.
5. Enterrez les deux sachets (vert et rooibos) dans des trous séparés de 8 cm de profond, distant de 15 cm l’un de l’autre.
Gardez les étiquettes bien visibles au-dessus du sol. Conseil: a) Marquez le site avec un bâton pour pouvoir retrouver les sachets plus facilement. Si vous enterrez les sachets au printemps tenez en compte que les plantes peuvent recouvrir le site en grandissant. b) Prenez notes de la date, des numéros des sachets enterrés, de l’ombre (1-5, de aucune ombre a ombre complète), impact humain (1-5, sans impact à complètement influencé par l’homme), la végétation ainsi que les autres paramètres du site auxquelles vous avez accès. c) Notez dans votre agenda ou téléphone un rappel du jour ou vous devez rechercher les sachets. Les sachets doivent être déterré après environ 90 jours. Conseil: a) Le temps d’incubation n’a pas besoin d’être exactement 3 mois et peut être plus court dans des climats tropicaux (par exemple 60 jours). Il est par contre impératif que vous notiez exactement le jour auquel vous avez déterré les sachets ainsi que le temps d’incubation dans le sol. 6. Enlevez les particules de soil qui adhèrent aux sachets. Sechez les sachets. Conseil: a) Utilisez un four pendant 48h à 70°C (pas plus chaud!). b) Ou placez les sachets au-dessus du radiateur ou dans en endroit ensoleillé et sec pour 3-4 jours. c) N’utilisez pas d’eau pour enlever les particules de sol, laver les sacs peut fausser les résultats en enlevant du matériel organique des sachets. 7. Ouvrez le sac, retirez le thé du sac. Faites attention de ne pas perdre de matière. 8. Peser le thé (En utilisant une balance de précision de 0.01 ou 0.001 g). 9. Uploadez vos données
http://teatime4science.org/data/submit-one-data-point/.

Contact
tbi@decolab.org | www.teatime4science.org

Kerria Japonica ou Corète du japon

Botanique

Nom latin  : Kerria japonica
Famille  : Rosacées
Origine  : Chine, Japon
Période de floraison : printemps
Couleur des fleurs  :  jaune
Type de plante : arbuste à fleurs
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : caduc
Hauteur : jusqu’à 2 m

Planter et cultiver

Rusticité  :  rustique
Exposition  :  soleil, mi-ombre
Type de sol : ordinaire
Acidité du sol  : neutre à acide
Humidité du sol  : normal
Utilisation : haie libre, isolé, massif arbustif, bacs
Plantation, rempotage : automne
Méthode de multiplication : bouturage, séparation des drageons
Taille : taille de nettoyage après la floraison
image: https://static.aujardin.info/cache/th/img9/kerria-japonica-fleur-150×112.jpg

Fleur de la Corête du Japon  PRINTEMPS 2015 D'autres fleurs sur mon blog

Originaire d’Asie, et plus particulièrement du sud de la Chine (et naturalisée ensuite au Japon), la corête du Japon est un arbuste de taille modeste, ne dépassant que rarement 2 mètres de hauteur, formant un élégant buisson étalé. Contrairement à ce qu’elle laisse paraître, ses nombreux rameaux ne sont que peu ramifiés. Ils se couvrent de petites feuilles simples, caduques, de couleur verte. En forme de cœur à la base, elles se terminent en pointe effilée. Les contours sont dentelés.

À partir du mois d’avril, et jusqu’au mois de juin, les fleurs font leur apparition. De couleur jaune d’or, elles sont petites et nombreuses. L’espèce type possède des fleurs simples mais il existe une variété aux fleurs doubles, ressemblant à de soyeux pompons.

L’intérêt printanier de la corête du Japon est indéniable, mais le feuillage léger et l’arcure des rameaux toujours verts, en font un arbuste d’intérêt ornemental de toute saison.

Où installer la corète du Japon ?

Le port buissonnant de la corète du Japon et ses merveilleuses fleurs, en font un allié de choix pour les haies libres ou les massifs d’arbuste. Ses rameaux traçant peuvent également se palisser contre un treillage et, cerise sur le gâteau, elle se comporte également très bien, en pot. Il lui faut cependant de la place pour s’étaler (la largeur de la corète du Japon, à la taille adulte varie entre 2 et 3 mètres).

Quels soins apporter à la corête du Japon ?

La corête du Japon est un arbuste qui apprécie le soleil, mais qui tolère l’ombre légère, surtout si elle est cultivée en pot. Peu exigeante quant à la nature du sol sur lequel elle pousse, elle s’accommode de terres à tendance alcaline ou acide. Évitez cependant les sols trop secs. À la plantation, les arrosages réguliers sont nécessaires pour favoriser la reprise de végétation, au rythme d’une fois par semaine.

À la fin de la floraison, au début de l’été, effectuez une taille de rafraîchissement.

Pour les cultures en pot, pensez à maintenir le substrat humide.

Comment puis-je multiplier la corête du Japon ?

La corête du Japon émet des drageons ; le plus simple est de les prélever à l’automne. Les boutures sont également un bon moyen de la multiplier.

Le saviez-vous ?

  • Les feuilles séchées de la corête du Japon sont utilisées en cuisine orientale.
  • Le genre Kerria ne comprend qu’une seule espèce : kerria japonica

Espèces et variétés de Kerria

Le genre comprend qu’une espèce
– Kerria japonica ‘Golden Guinea’ : 2 mètres de haut, larges fleurs simples jaune d’or
– Kerria japonica ‘Picta’ : 1,20 m de haut, fleurs simples jaune d’or, feuillage gris-vert panaché de crème
– Kerria japonica ‘Pleniflora’ : 3 mètres de haut, fleurs doubles jaune d’or

URSSAF nouveautés 2018

Les changements concernant la CSG, les cotisations allocations familiales, maladie et CFP

Augmentation de la CSG

Le taux de la CSG applicable aux revenus d’activité des travailleurs indépendants augmente de 1,70 point au 1er janvier 2018, passant de 7,50 % à 9,20 %.

En contrepartie, le taux de la cotisation d’allocations familiales est revu à la baisse et la réduction dégressive du taux de la cotisation d’assurance maladie-maternité est renforcée pour les travailleurs indépendants.

Ces mesures seront appliquées à partir de la déclaration des revenus 2017 dès avril 2018.

Pour les praticiens et auxiliaires médicaux conventionnés, les cotisations maladie et famille sont partiellement prises en charge par l’assurance maladie. Il est donc prévu que les cotisations d’assurance vieillesse soient également prises en charge partiellement. La mise en place de cette mesure est subordonnée à la signature de  nouvelles conventions  avec les organisations syndicales des praticiens et auxiliaires médicaux.

Réduction du taux de la cotisation allocations familiales

Actuellement, le taux de la cotisation allocations familiales des travailleurs indépendants varie en fonction du revenu annuel des travailleurs indépendants :

  • pour les revenus inférieurs à 43 151 € en 2017 (soit 110 % du plafond annuel de la Sécurité sociale), le taux est fixé à 2,15 % ;
  • pour les revenus compris entre 43 151 € et 54 919 € en 2017 (soit 110 % et 140 % du plafond annuel de la Sécurité sociale), le taux augmente progressivement entre 2,15 % et 5,25 % ;
  • pour les revenus supérieurs à 54 919 € en 2017 (soit 140 % du plafond annuel de la Sécurité sociale), le taux est fixé à 5,25 %.

Le nouveau dispositif prévoit que les travailleurs indépendants dont les revenus sont inférieurs à un seuil fixé par décret bénéficient d’une réduction pouvant atteindre 5,25 point du taux de leurs cotisations d’allocations familiales. La cotisation d’allocations familiales serait donc totalement exonérée dans certains cas.

Ces mesures seront appliquées à partir de la déclaration des revenus 2017 dès avril 2018.

Cette réduction ne peut être cumulée avec aucun autre dispositif de réduction ou d’abattement, à l’exception de l’exonération Accre et de la réduction dégressive du taux de la cotisation maladie maternité.

Renforcement de la réduction dégressive de la cotisation d’assurance maladie-maternité

Les travailleurs indépendants sont redevables d’une cotisation maladie-maternité de base au taux de 6,50 % et proportionnelle à leurs revenus d’activité.

Depuis le 1er janvier 2017, cette cotisation fait l’objet d’une réduction dégressive dans la limite de 3,5 points pour les travailleurs indépendants ayant un revenu d’activité inférieur à 27 459 en 2017 (70 % du plafond annuel de la Sécurité sociale), soit un taux de cotisation de 3 %.

La limite de la réduction dégressive de la cotisation maladie maternité serait portée de 3,5 à 5 points soit un taux de cotisation à 1,50 % en fonction des revenus.

Ces mesures seront appliquées à partir de la déclaration des revenus 2017 dès avril 2018.

Cette mesure ne peut être cumulée avec aucun autre dispositif de réduction ou d’abattement, à l’exception de l’exonération Accre et de la réduction du taux d’allocations familiales.

CFP : Un double appel de la contribution en 2018

La contribution à la formation professionnelle (CFP) devient exigible en novembre de l’année de référence en lieu et place du mois de février de l’année suivante. Ainsi pour cette année transitoire, en complément de la contribution à la formation professionnelle 2017 appelée comme habituellement en février 2018, la contribution due au titre de l’année 2018 est ajoutée à l’échéance de novembre 2018.

Par ailleurs, la CFP des artisans, jusqu’à présent appelée par les centres des impôts, sera appelée par les Urssaf à compter de novembre 2018.

Cactus de Noël ou Schlumbergera

Caractéristiques

Nom latin : Schlumbergera truncata
Floraison : floraison hivernale, 6 à 8 semaines
Exposition : lumière forte sans soleil direct
Température : 15 à 20°C
Arrosage : 1 fois par semaine
Utilisation : Plante d’intérieur, suspension
Plante succulente  /  Cactaceae

Emplacement

Le cactus de Noël est une plante pour laquelle l’emplacement idéal n’est pas facile à trouver. Il supporte très mal les températures supérieures à 20°C et inférieures à 10°C, et il faut lui éviter les courants d’air et les zones de passage. Quand vous avez trouvé l’endroit, n’y touchez plus, car il déteste être déplacé une fois qu’il a commencé sa floraison. En revanche, c’est une plante facile si elle trouve sa place.

Arrosage

Un arrosage par semaine suffit. Il faut qu’il soit régulier mais en évitant à tout prix l’excès d’eau. Contrairement aux autres cactées, le cactus de Noël apprécie une atmosphère humide, n’hésitez pas à vaporiser son feuillage.

Fetilisation

Facultatif durant la floraison, un engrais de type plantes fleuries peut être utile entre avril et septembre.

Faire refleurir

Après la première floraison, si ce Schlumbergera semble très à l’étroit dans son pot (quand les racines sont visibles autour du terreau),  rempoter le cactus de Noël dans un mélange de terreau, de sable de rivière et de terre de jardin.

En été, sorter la plante dans un endroit ombragé, dans un arbre par exemple, où elle retrouverait sa position naturelle d’épiphyte.

Rentrer le cactus de Noël avant les premiers froids.
Pour déclencher la floraison, installer le Schlumbergera pendant deux mois dans une pièce lumineuse et fraîche (15°C environ), non éclairée la nuit afin qu’il bénéficie d’une obscurité aussi longues que dans la nature. Ne presque pas arroser.

À l’apparition des premiers boutons floraux, remettez le cactus dans les mêmes conditions que celles où il a fleuri l’année précédente. Vous le garderez ainsi pendant cinquante ans !

Conseils

Le cactus de Noël refleurit chaque année, à condition de le laisser au repos pendant deux mois avant la floraison, dans un endroit où il bénéficie de longues nuits sans éclairage.

Un bouturage facile et amusant

Bouturer le cactus de Noël

Le cactus de Noël se bouture à tout moment de l’année, sauf à la floraison.

  • Couper 2 à 4 segments aux extrémités de tiges.
  • Pour la cicatrisation, laisser sécher quelques heures.
  • Piquer les boutures dans le même mélange que pour le rempotage.


Les fleurs apparaissant sur les tiges de l’année précédente, il est déconseillé de trop en prélever.